Le Maroc expulse un groupe de sympathisants espagnols du Hirak

La police marocaine a expulsé aujourd’hui un groupe de cinq sympathisants espagnols du mouvement rifain du Hirak et a interdit l’entrée d’un sixième, David Peñafuerte, dirigeant de la section andalouse du parti Podemos, a rapporté ce derniers dans une déclaration faite depuis la ville de Mélille à l’gence EFE.

Peñafuerte, membre du Conseil Citoyen de l’organisation régionale du parti et organisateur du voyage, a expliqué que le groupe était composé de plusieurs amis qui sont en trtain de créer une « Association Andalouse d’Amitié avec le Peuple du Rif », composée d’Espagnols et de rifains exilés en Andalousie, et avaient prévu de passer un week-end dans le Rif, officiellement pour des raisons touristiques.

Toutefois, Peñafuerte a reconnu que le groupe prévoyait de dîner « en privé et en dehors du programme officiel » avec Ahmed Zefzafi, le père du leader du Hirak Naser Zefzafi, qui est détenu dans une prison de Casablanca.

Dès qu’il est entré à la frontière de Beni Ensar, entre Melilla et Nador, la police des frontières a retenu le groupe pendant trois heures « dans lesquelles nous avons été traités correctement », et a finalement dit à Peñafuerte qu’il était interdit d’entrer au Maroc.

Le reste du groupe – tous les militants ou sympathisants de groupes de gauche – ont poursuivi leur voyage jusqu’à Al Hoceima, capitale du Rif, mais ont été interceptés à un barrage routier et ont reçu l’ordre de la police de faire demi-tour, demandant à un chauffeur de taxi de les ramener à Melilla.

Peñafuerte a reconnu que les membres du groupe ne sont pas seulement des sympathisants du Hirak, mais aussi de l’indépendance sahraouie, et il était lui-même il y a seulement deux semaines à Tindouf, siège du Front Polisario, où il était venu partager un dîner avec son président, Brahim Ghali.

Les expulsions de militants occidentaux du territoire du Sahara occidental sont fréquentes, mais au cours de l’année écoulée, la police a également procédé à ces expulsions de la région du Rif, les concernés étant des journalistes et même des hommes politiques élus dans leurs pays respectifs.

Jusqu’à présent, ni la police marocaine ni le gouvernement n’ont donné des explications sur les expulsions des Espagnols.

Tags : Maroc, Rif, Hirak, Podemos Andalucía, Podemos, David Peñafuerte,

Comments are closed.