Selon un journal allemand le differend maroco-saoudien est : Mohammed contre Mohammed

Différend entre le Maroc et l’Arabie Saoudite: Mohammed contre Mohammed

Le Maroc et l’Arabie saoudite sont des alliés proches depuis des décennies, mais les relations se sont considérablement détériorées. Le roi Mohammed VI ne veut pas suivre les pas du prince héritier saoudien.

Quand deux gouvernements parlent souvent d’entente, il y a quelque chose qui ne va pas. C’est le cas depuis quelques mois entre le Maroc et l’Arabie Saoudite. « Nos relations diplomatiques avec les pays du Golfe sont solides, en particulier avec l’Arabie saoudite « , a déclaré le ministre marocain des Affaires étrangères Nasser Bourita en février. L’Arabie saoudite est satisfaite de ses relations de longue date avec le Maroc, a répondu mardi Abdullah bin Mohammed Al Al-Sheikh, président du Conseil de la Choura, qui conseille le roi Salman.

Mais les déclarations amicales ne peuvent cacher le fait que les relations entre les deux monarchies se sont considérablement refroidies au cours des deux dernières années. Comme tant d’autres choses, cela a à voir avec l’ascension de Mohammed bin Salman au rang de prince héritier d’Arabie Saoudite.

Lorsque l’héritier du trône – appelé MBS – a imposé un blocus à son voisin Qatar en mai 2017, il s’est appuyé sur son homonyme marocain, le roi Mohammed VI, pour rejoindre le boycott. Après tout, les deux monarchies sunnites ont toujours été en ligne avec les grandes questions politiques – la lutte contre le socialisme et le panarabisme, les liens étroits avec les États-Unis, la résistance à l’influence de l’Iran dans le monde arabe – pendant des décennies.

Le roi Salman renonce aux vacances d’été au Maroc

Il est donc d’autant plus surprenant que le Roi Mohammed ait annoncé il y a deux ans que le Maroc voulait rester neutre dans le conflit entre l’Arabie saoudite et le Qatar. De plus, en novembre 2017, le monarque a même rendu visite au Cheikh Tamim, l’Emir du Qatar. Il a également commandé des vivres à l’état nain scellé. Alors que les médias du Qatar célébraient l’invité marocain comme le « premier briseur de blocus », le mécontentement s’est manifesté à Riyadh.

En juin 2018, l’Arabie Saoudite a battu le Maroc pour accueillir la Coupe du Monde de Football 2026 et la maison de Riyad a non seulement annoncé publiquement son soutien à la candidature conjointe du Canada, des Etats-Unis et du Mexique. Il a également été garanti que la majorité des États arabes votent contre la candidature du Maroc.

Puis, l’année dernière, le roi Salman a renoncé à ses vacances d’été traditionnelles au Maroc. Le monarque passe en général plusieurs semaines sur le terrain de 74 hectares de son palais près de Tanger, accompagné d’un entourage d’un millier de serviteurs. Le roi Salman devrait dépenser environ cent millions d’euros par an au Maroc, ce qui représente à lui seul environ 1,5 % des recettes touristiques annuelles du pays. Mais en 2018, le roi âgé a préféré passer ses vacances d’été dans son propre pays – dans le nouveau mégaprojet Neom sur la mer Rouge.

Piqûres sur les médias

Puis, en octobre, lorsque MBS a subi des pressions internationales à cause du meurtre de Jamal Khashoggi, la famille royale du Maroc, contrairement à la plupart des autres États arabes, a évité d’assurer le Prince héritier de son soutien. En novembre, MBS a fait une tournée dans le monde arabe pour recueillir des déclarations de solidarité. Il a fait des escales aux Emirats Arabes Unis, à Bahreïn, en Egypte et en Mauritanie – le roi Mohammed VI ne voulait pas le recevoir. Le monarque avait un emploi du temps serré, le ministre des Affaires étrangères Bourita l’a ensuite poussé à faire une déclaration.

Depuis le début de l’année, les tensions entre Rabat et Riyad se sont à nouveau intensifiées. En janvier, le ministre des Affaires étrangères, M. Bourita, a annoncé que le Maroc avait pratiquement mis fin à son engagement militaire dans la guerre menée par l’Arabie saoudite au Yémen. Il l’a fait savoir dans une interview à Al Jazeera. La chaîne d’information est basée à Doha et est considérée par l’Arabie saoudite comme une chaîne ennemie. MBS a fait de la fermeture de la chaîne une condition pour mettre fin au blocus contre le Qatar.

Encore une fois, il n’a pas fallu longtemps pour que la maison royale des Saoud lui rende la pareille, y compris par l’intermédiaire des médias. La chaîne de télévision saoudienne Al-Arabiya, financée par l’Arabie saoudite, a diffusé un documentaire mettant en cause la souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental. Le film décrit le territoire désertique comme un « territoire occupé » et laisse la parole à l’organisation de libération du Sahara occidental, Polisario.

Rabat a ordonné aux ambassadeurs de revenir

Pour Rabat, c’est une aberration : le Maroc considère le Sahara Occidental comme un territoire marocain depuis 1975 – une revendication qui a jusqu’à présent été également reconnue par l’Arabie Saoudite.

Une semaine plus tard, Rabat rappela son ambassadeur. Officiellement pour des consultations sur les relations diplomatiques entre le Maroc et l’Arabie Saoudite.

Entre-temps, le diplomate est retourné à Riyad. Mais il faudra beaucoup de temps avant que les relations entre les deux maisons royales soient aussi bonnes qu’elles l’étaient auparavant. Les relations avec le Maroc sont ainsi devenues un exemple de la façon dont le prince héritier MBS, avec sa politique impulsive, frappe à plusieurs reprises des alliés bien intentionnés dans la tête.

En résumé : Les relations entre les maisons royales au Maroc et en Arabie Saoudite n’ont jamais été aussi mauvaises. Le roi Mohammed VI ne participe pas au blocus du Qatar par l’Arabie saoudite et a largement mis fin à son implication militaire dans la guerre au Yémen. Entre-temps, Rabat a même ordonné à son ambassadeur de rentrer de Riyad. Le conflit est mené entre autres par les médias et dans la politique sportive.

Spiegel Online

Comments are closed.