L’Espagne demande la prorrogation de l’accord de pêche

Le journal espagnol El Pais rapporte que le Gouvernement espagnol a demandé à la Commission Européenne de proroger l’accord de pêche actuel avec le Maroc d’une manière transitoire, au moins pour un an, devant l’impossibilité de trouver un nouveau pacte avant le 27 février, date d’expiration du dernier accord, selon des sources gouvernementales. L’Espagne est le premier bénéficiaire de cette convention, puisque 100 des 119 licences adjugées à la flotte communautaire lui appartiennent. Son expiration supposerait la paralysie de la flotte et de localités comme Barbate (Cadix), dont l’économie dépend en grande partie de cet accord.

Le renouvellement a été entravé par les différences entre le Gouvernement espagnol et la commissaire européenne de Pêche, la Grecque Maria Damanaki, responsable de la négociation au nom de Bruxelles. Damanaki avait proposé en décembre d’exclure de l’accord avec le Maroc le banc sahraoui, situé dans la côte sahraouie, ce qui a clairement repoussé le Gouvernement espagnol puisque 80 % de ses bateaux de pêche opèrent précisément dans cette zone, qui est la la plus riche.

El Pais ajoute que Damanaki basait sa proposition sur un rapporte du Bureau Juridique du Parlement Européen qui proposait de suspendre l’accord ou d’exclure les eaux du Sahara Occidental, puisque la communauté internationale ne reconnaît au Maroc aucune souveraineté sur ce territoire. La Commissaire Européenne signala que le Maroc n’avait pas apporté de preuves que la population sahraouie bénéficiait de l’exploitation de ces ressources.

Rabat a répondu aux requêtes de Damanaki, selon El Pais, avec des rapports qui essayaient de prouver, pour la première fois, que la population de l’ancienne colonie espagnole bénéficiait des revenus de l’accord de pêche, mais Damanaki n’a pas été convaincue.

Pour rappel, les USA n’ont jamais inclue le territoire du Sahara Occidental dans leurs accords économiques avec le Maroc.

Selon l’agence EFE, une majorité des députés de la Commission d’Agriculture de la Commission Européenne, y compris le PP européen, les Verts et les Libéraux, se sont prononcés hier contre la ratification de l’accord.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*